La Vallée Village x Musée des Arts Décoratifs

Une Histoire de Style comme héritage 

Mécénat du Musée des Arts décoratifs

LE MÉCÉNAT

Depuis longtemps, La Vallée Village tisse des liens avec l’art et la culture notamment à travers la galerie d’art qui fait découvrir à ses visiteurs les œuvres d’Hervé di Rosa, de Norman Parkinson ou de jeunes talents comme en 2013, Christine Phung. Mais aussi à travers le mécénat avec le soutien de plusieurs expositions au Grand Palais : Elisabeth Louise Vigée Le Brun en 2015 ou encore Irving Penn en septembre 2017. Avec le Musée des Arts décoratifs de Paris, La Vallée Village resserre encore la trame fashion. Ce mécénat d’un nouveau genre est basé sur la restauration de pièces issues des collections textiles de l’institution : un travail de l’ombre, patient et acharné, qui met en lumière la modernité du passé.

La Vallée Village x Les Arts décoratifs

La restauration

L’histoire du style ne serait jamais parvenue jusqu’à nous sans le travail patient et acharné des musées. Parce qu’il croit aux valeurs d’engagement et d’authenticité, La Vallée Village a donc entamé un partenariat avec le Musée des Arts décoratifs afin de soutenir la préservation de 5 chefs-d’œuvre emblématiques de ses collections qui n’avaient jamais été montrés au public, en raison de leur état de détérioration avancée.

5 PIÈCES ICONIQUES RESTAURÉES

Des pièces exceptionnelles qui racontent surtout, chacune à leur manière, un récit de mode singulier de la vie d’une lectrice de Marie-Antoinette à celle un peu folle d’Andrée Spinelly, célèbre actrice de la Belle Epoque. Une étude en profondeur des pièces, par des procédés parfois inédits, ainsi que leur restauration : passionnant, l’exercice a tout de l’enquête policière. 

Happy end : ces chefs-d’œuvre à l’éclat retrouvé sont exposés au public du 22 septembre au 22 octobre 2017 dans les Period Rooms du musée.

robe en soie florale

La robe à la française en soie florale à effet de chaîne et décor de passementerie (vers 1770) aurait appartenu à une lectrice de Marie-Antoinette. Peut-être à la jeune Sidonie Laborde qui resta au service de la Reine, jusqu’à ses derniers jours.

Cape en velours de soie rouge

Sans doute portée par un aristocrate français de la cour royale dans la première moitié du XVIe siècle, cette cape en velours de soie rouge et broderies au fil d’or est l’une des pièces les plus anciennes et les plus rares des collections (il n’en existe qu’une dizaine dans le monde).

Wide-brimmed hat

A rare item, this wide-brimmed hat is decorated with small pendants in silk flowers, which were typically believed to be woven with pumpkin-type fibres. On closer examination, they were in fact revealed to be hibiscus fibres!

Orange silk dress

Cette robe témoigne de l’esprit néo-renaissance du couturier avec son corsage à petites basques, son grand col que l’on peut relever et ses manches bouffantes, presque gigots.

ROBE DU SOIR « SPI »

Représentative de la simplification de la mode et du raccourcissement des tenues. On se débarrasse du corset pour une nouvelle silhouette féminine. Nommée « Spi » en hommage à Mlle Andrée Spinelly, célèbre comédienne du XIX ème siècle.

Top
X

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Internet, sans quoi sa fonctionnalité serait limitée. Veuillez cliquer sur la croix pour confirmer que vous acceptez notre utilisation des cookies sur ce site Internet. Ou bien cliquez ici pour savoir comment modifier les paramétrages de vos cookies.